Entretien de cimetières végétalisés en zéro-phyto

  ESPACES :
  TECHNIQUES :

Dans le cadre de sa politique de suppression des produits phytosanitaires initiée en 2012, la commune de Fagnières (Marne) a fait le choix de végétaliser ses deux cimetières. Ces espaces présentent aujourd'hui un aspect paysager qui fait l'unanimité chez les habitants.

FAGNIÈRES (51510)

LES DÉBUTS...

En 2012, dans la perspective du plan Ecophyto 2018, le responsable des services techniques, Monsieur Ribes, a souhaité orienter l'équipe municipale vers le zéro-phyto. Grâce à la signature du niveau 3 de la Charte d'entretien des espaces publics, la commune a bénéficié d’un appui technique et financier des Agences de l’eau Seine-Normandie et Rhin-Meuse ainsi que de l’Agence Régionale de la Santé et de la DRAAF (via le Plan Ecophyto 2018).
La commune a ainsi pu s'adjoindre les services de la FREDON Champagne-Ardenne pour établir un plan de gestion différenciée. Au terme de ce diagnostic et grâce aux techniques alternatives proposées, la suppression des produits phytosanitaires est apparue comme un objectif atteignable. Toutefois, l'entretien des cimetières a rapidement posé question au regard des enjeux techniques et de la sensibilité des usagers.


LES CIMETIÈRES, PORTE-DRAPEAUX DU ZÉRO-PHYTO

Le postulat de départ était de paysager ces cimetières pour les rendre moins austères et plus accessibles, améliorant ainsi leur image. Une campagne de rénovation globale a donc été lancée. Les services techniques ont d'abord remplacé l'enrobé faïencé des allées dégradées par des pavés, avec en leur centre une bande engazonnée.
Les plaques de béton qui composaient le mur d'enceinte ont été démontées et remplacées par un muret bas surmonté d'une clôture barreaudée derrière laquelle a été plantée une haie paysagère dissimulant les sépultures.
Enfin, suite à un essai réalisé fin 2013, le choix a été fait d’implanter du sédum entre les tombes et sur les accotements des allées. Cette plante pionnière tapissante court naturellement sur les sols caillouteux des cimetières et offre aux visiteurs des changements de couleur au fil des saisons. De plus, ce couvert végétal dissimule efficacement les plantes adventices les plus courtes, limitant ainsi le désherbage et apportant un aspect soigné.
Pour les cheminements entre les tombes, la municipalité a fait le choix de supprimer les cailloux (propices au développement d'adventices) pour réaliser un engazonnement dans lequel des pavés ont été installés. Un apport de terre de 4 à 5 cm a permis de combler la hauteur de la mignonnette (petit gravillon roulé) qui avait été retirée pour laisser place au sedum et au gazon.


IMPLANTER DU SEDUM : QUEL COÛT ?

L’engazonnement a représenté 590 m² sur le nouveau cimetière et 375 m² sur l’ancien cimetière.Les sedums ont été implantés en tapis pré-cultivés dont le prix varie de 20 à 40 €/m² suivant les fournisseurs et la composition du mélange. Le mélange retenu (sedums acre, rupestre, lidium, album, floriferum) a coûté environ 23 €/m² HT, à raison de 400 m² dans le nouveau cimetière et 100 m² dans l’ancien cimetière. Pour l'achat de ce mélange, la commune a bénéficié d'une subvention de l'Agence de l’eau Seine-Normandie au titre de signataire de la Charte d'entretien des espaces publics.
Au total, l'installation de ces 500 m² de sedum a représenté une vingtaine de jours de travail pour deux agents qui ont procédé au retrait des cailloux, à l'apport de terre, à la découpe et à l'installation des tapis de sedum puis à l’arrosage.
L'implantation du sedum dans les inter-tombes a nécessité beaucoup de finitions sur de très petites surfaces. Au contraire, les grandes surfaces se sont avérées beaucoup moins chronophages.


RÉPERCUTIONS SUR L'ENTRETIEN DES CIMETIÈRES

Avant l'arrêt de l'utilisation des produits phytosanitaires, environ quatre à cinq traitements étaient réalisés chaque année dans les cimetières, soit environ une semaine de travail pour un agent.
À l'époque, la commune recevait régulièrement des réclamations d'administrés dès l'instant où les adventices commençaient à réapparaître sur les surfaces très minérales. Les agents devaient alors procéder à une nouvelle intervention manuelle.
Dorénavant, trois à quatre agents interviennent quatre à cinq fois par an sur une journée pour supprimer manuellement à la racine les plus grandes adventices qui apparaissent à travers les tapis de sedum.
La tonte de la partie engazonnée du cimetière servant à l'extension représentait environ une heure pour deux agents, une trentaine de fois dans l’année. Depuis l'arrêt de l'utilisation des produits phytosanitaires, la fréquence de tonte pour deux agents est restée inchangée, mais elle dure environ deux heures en raison des finitions qui sont réalisées au coupe-bordures (rotofil ou réciprocateur) devant les sépultures.


AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS

La commune a profité du plan de gestion différenciée et de la rénovation des cimetières pour accentuer leur entretien et les convertir en espaces de prestige.
Le principal avantage de la végétalisation est donc d'avoir donné un aspect plus qualitatif aux cimetières. En effet, l'attention portée sur la partie végétale a permis de créer un écrin de verdure mettant en valeur les éléments minéraux des stèles et pierres tombales.
Malgré le scepticisme de certains administrés au début du projet, la municipalité n'a eu quasiment que des retours positifs depuis la finalisation des aménagements. Aucune réclamation n'a été formulée sur l'entretien des cimetières depuis 2015.
Des centaines de compliments et félicitations ont été reçus, contre seulement deux à trois personnes réfractaires à la végétalisation (sur 5000 habitants) qui ont fait part de leur mécontentement.
Le principal inconvénient est une légère augmentation du temps d'entretien des cimetières. Toutefois, celle-ci a été compensée dans le plan de gestion différenciée par un degré d'entretien moins poussé dans certaines zones de la commune.




PUBLICATIONS

Des plantes couvre sol pour réduire l'utilisation des pesticides

Cimetières enherbés au service du zéro-phyto

Paysages et entretien des cimetières

map
person_img

URCPIE de Picardie

Union Régionale des Centres Permanents d'Initiatives pour l'Environnement Tel : 03 23 80 03 02

Vous souhaitez valoriser une initiative sur votre territoire ? Vous avez une ressource à nous suggérer ou une date intéressante à partager ? N'hésitez pas à nous contacter !


Vous pouvez télécharger notre Fiche Initiative vous permettant de témoigner d'une expérience ou de décrire une action. Vous pourrez ensuite la joindre dans le formulaire de droite. Si vous joignez des images, mettez le tout dans un fichier archive ZIP. Merci !

CONTACT

© 2016 / URCPIE DE PICARDIE - Siège social : 32 route d'Amiens - 80480 DURY
Adresse de Correspondance : 33 rue des Victimes de Comportet - 02000 MERLIEUX-ET-FOUQUEROLLES / Tel : 03.23.80.03.02